M. Pokora vole un drapeau à un petit garçon mais lui promet quelque chose !

Actuellement en pleine tournée, M. Pokora ne manque pas de rendre hommage aux victimes des attentats de Paris, en brandissant des drapeaux français lors de ses concerts. Mais lors d'un show à Caen, il a "piqué" le drapeau d'un petit garçon... qui a fait appel à Twitter et Facebook pour l'aider à le récupérer.

m-pokora-vole-un-drapeau-a-un-petit-garcon-mais-lui-promet-quelque-chose

Lorik, 6 ans, à la recherche de son drapeau

Ce vendredi 27 novembre 2015, jour d'hommage national aux victimes des attentats de Paris, M. Pokora était sur la scène du Zénith de Caen. Sur scène dans une salle pleine à craquer, le chanteur a pris la pose avec un drapeau français. Un drapeau qui appartenait visiblement à l'un de ses jeunes fans, qui a écrit un message pour tenter de le récupérer.

"Bonjour M. Pokora. Je m'appelle Lorik, j'ai 6 ans, et lors de ton concert à Caen tu es venu chercher mon drapeau de la France. Je suis très fier d'avoir contribué avec toi à montrer nos couleurs. Quand maman m'a montré les photos et les vidéos mes yeux ont brillé," a ainsi écrit le petit garçon, avant d'ajouter : "Pourrais-tu me renvoyer celui-ci ou un autre dédicacé stp et me rendre heureux ? Merci."

La magie des réseaux sociaux

Dans son message, le petit Lorik remercie d'avance ceux qui partageront son message pour qu'il remonte jusqu'à M. Pokora. Et ça a marché puisque de nombreux internautes, dont l'animateur Christophe Beaugrand, ont posté sa photo sur Twitter et sur Facebook. Mieux encore : l'interprète d'On danse et de Mieux que nous a fini par découvrir son message et lui a promis de répondre à sa demande ! "Ton message est arrivé jusqu'à moi petit bonhomme 🙂 On s'occupe de toi dans la semaine," a en effet posté l'ex-Robin des Bois, ce dimanche 29 novembre sur Instagram.

Ton message est arrivé jusqu'à moi petit bonhomme 🙂 On s'occupe de toi dans la semaine 😘

Une photo publiée par Matt Pokora (@mattpokora) le

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

X
... sur les réseaux :